Mortier patronymique en bronze de Jacques Humbert, Lorges, Orléanais, 1627

Mis en ligne par le 8 novembre 2014

Mortier en bronze à panse tronconique reposant sur un épais pied débordant en cavet et surmontée d’un col marqué de deux forts filets.
La panse est décorée d’une frise patronymique supérieure et d’une partie libre scandée de quatre contreforts de deux typologies différentes, en aplat, et qui séparent quatre faces.
Le patronyme « ME 3ACHARIE MOLINS PBRE CVRE DE LORGES » situe la fabrication de ce mortier dans le centre, à Lorges (Loir et Cher) non loin d’Orléans. L’abréviation PBRE de « presbyterium » signifie Prêtre. Il était destiné à Zacharie Molins, curé de ce village.
Trois des quatre faces sont identiques, relativement étroites séparées soit par des cariatides en forme de sirène, soit par des pilastres torses. chacune de ces trois faces porte en son centre un petit motif en fleur de lys. La quatrième face, plus large, porte à sa droite le cachet du fondeur mentionnant IACQVE HVMBER autour d’une cloche et en partie gauche la date 1627 qui surmonte une petite fleur de lys.

On peut rapprocher ce mortier du Mortier en bronze au patronyme de Jacques Jay et daté de 1652, Poitou ou Charentes dont l’ornementation et la facture se rapprochent singulièrement et dont la date de fabrication est compatible avec la période d’activité de Jacques Humbert.

Technique de fondeur de cloches
Diamètre à la gueule : 147 mm
Diamètre à la base: 96 mm
Hauteur: 110 mm

Mortier de Jacques Humbert fabriqué pour le curé de Lorges en 1627.

Remarques:

Jacques Humbert serait originaire de Levécourt en Lorraine et serait décédé en 1667.

On connaît plusieurs cloches de Jacques Humbert:
– Eglise Notre-Dame du Pont à Arthaz-Pont-Notre-Dame en Savoie: cloche datée 1632
– Eglise paroissiale Saint-Martin de Menetou-Ratel dans le Cher: cloche datée 1629
– Eglise Saint-Messmin de Villermain dans le Loir-et-Cher: cloche datée 1627

Selon Joseph Berthelé (Enquêtes campanaires, Montpellier, 1903), il semblerait qu’il existe un mortier identifié de Jacques Humbert et daté de 1629. Il aurait été conservé dans une collection située à Asnières dans la Vienne au début du XX° siècle.

Enfin, Bertrand Bergbauer a identifié quatre mortiers caractérisés par des cariatides en forme de sirènes dont l’un porte une marque de fondeur avec les initiales I. H.. Ces mortiers, patronymiques mentionnent:
– L. PEITEREL 1621 avec marque de fondeur IH, cariatides-sirènes et pilastres torses
– MAITRE IEHAN PRESSAC 1629 avec cariatides-sirènes et pilastres torses
– CHRISTOPHLE REBIERE 1629 avec cariatides-sirènes et pilastres torses
– IUDEON EMAR MA FAICT FAIRE 1649 avec cariatides-sirènes et fleurs de lys.

Or cette cariatide-sirène est la même que celle que l’on retrouve sur notre mortier. I.H. correspondrait à Jacques Humbert. De ce même corpus, un mortier possède des contreforts en pilastres identiques à ceux qui apparaissent sur notre mortier.
Ce petit corpus est donc attribuable sans aucun doute à Jacques Humbert.