Mortier en bronze à grandes figures d’Hercule debout, de portraits masculins et de grotesques en fort relief, Région parisienne, milieu du XVII° siècle

Mis en ligne par le 28 mars 2016

MortierHercule1

MortierHercule2 MortierHercule3 MortierHercule4 MortierHercule5 MortierHercule6 MortierHercule7 MortierHercule8 MortierHercule9 MortierHercule10 MortierHercule11 MortierHercule12 MortierHercule13 MortierHercule14

Mortier en bronze à quatre figures d’Hercule Farnèse (B218) faisant office de contreforts et isolant quatre faces décorées en vis-à-vis de deux motifs en fort relief:
– Une tête de grotesque d’aspect léonin,
– Un profil d’homme barbu portant un chapeau, dans le goût des plaquettes et médailles germaniques de la Renaissance.

Ce mortier doit être rapproché du Mortier en bronze à contreforts tricuspides orné de figures d’Hercule debout et de têtes de personnages, l’une en médaillon de trois-quart, l’autre de profil, France, Paris, XVII° siècle fabriqué suivant le même gabarit et une technique de fonte analogue.

Ce mortier doit être également rapproché d’une autre série de mortier que l’on attribue au Maître aux Triades et qui présentent non seulement des techniques de fonte et une qualité de métal analogue, mais aussi des gabarits semblables.

Il est tout à fait probable que le Maître d’Hercule, dont ce mortier joint le corpus, soit le même fondeur que le « Maître aux Triades » et que le « Maître de Provins ». La distinction entre les différentes typologies ne correspondraient finalement qu’à des périodes de production différentes d’un même atelier oeuvrant selon une technique bien particulière et au répertoire ornemental finalement assez large.

Une autre hypothèse pourrait être l’existence de plusieurs fondeurs travaillant ensemble selon la même technique mais ayant chacun pour décorer sa production, un répertoire iconographique propre.

Néanmoins cette production ayant gardé des caractères lyonnais, se concentre autour de Paris, comme en atteste les mortiers conservés dans les anciennes apothicaireries de la région parisienne (Senlis, Nogent-le-Rotrou, Troyes, Chantilly…) et il ne fait guère de doute qu’il s’agisse d’une production parisienne à partir des années 1630/1640.

Technique de la fonte au sable
Diamètre à la gueule : 128  mm
Diamètre à la base : 82 mm
Hauteur : 93 mm