Mortier Lyonnais en bronze à double registre de pastillages et aux initiales PG, début du XVII° siècle

Mis en ligne par le 26 décembre 2014

Mortier d’apothicaire en bronze à patine brun sombre dont la panse tronconique est assise sur une petite base débordante et surmontée d’un col mouluré.

La panse est scandée de six contreforts tricuspides godronnés droits (B891) qui séparent six faces richement décorées de pastillages variés: On répertorie, face après face dans le sens horaire:
– Un grand motif au buste de Pâris casqué (B240) d’après une plaquette italienne du XV° siècle (Gounot, 1975, p.42-43, pl. XI, n°19 et Ramousse 2006, p.136)
– Une Vierge à l’Enfant (B19) qui surmonte les deux lettres « P » et « G », ces lettres correspondent très probablement aux initiales du commanditaire de ce mortier.
– Un grand médaillon de l’Ecce Homo (B55) qui surmonte une médaille de la Vierge à l’Enfant (B10).
– Sainte Marie-Madeleine (B173) surmontée de deux médaillons représentant Saint Roch et l’Ange (B145).
– Un buste de femme (B420) d’après une plaquette italienne du dernier tiers du XV° siècle conservére au Musée de Belluno (Jestaz & Franco 1997, p.180, n° 129), surmontée de Saint Christophe (B96) et de Sainte Marie-Madeleine emportée par les anges (B176).
– Un grand médaillon représentant Hérode et Hérodiade (B119) d’après une plaquette amiénoise du début du XVI° siècle (Weber 1975 p. 149-150, N° 238, Bergbauer 2010, La France des Fondeurs, p. 52, N° 65) qui surmonte les deux lettres « P » et « G » identiques à celles de la face au buste de Pâris.

La jonction du col à la panse de ce mortier est marquée d’un filet portant une triade de besants: un gros besant (B691) entouré de deux plus petits (B692), Chaque triade est précisément disposée en regard de chaque face.

Technique de la fonte au sable
Diamètre à la gueule: 147 mm
Diamètre à la base: 97 mm
Hauteur: 103 mm

Ce mortier doit être rapproché d’une pièce du Maître de 1603 référencée par Gounot (Gounot 1975, p.57, n° 11) au col identique et qui reprend plusieurs motifs tels que le buste de Pâris, Hérode et Hérodiade, la vierge à l’Enfant (B19). Ce mortier présente en outre les lettres MC  / III en partie basse sous le motif d’Hérode et Hérodiade.

La présence de lettres qui pourraient être les initiales du commanditaires est un caractère fréquent sur les mortiers à double registre du Maître de 1603, on retrouve une telle configuration sur le Mortier lyonnais aux initiales CM, décoré de cariatides et à pastillages dont la plaquette de Cérès et Triptolème, Maître de 1603, début du XVII° siècle

Il s’agit d’un mortier lyonnais datant du premier quart du XVII° siècle qui peut être attribué au Maître de 1603.

Remarque:

Provenance: anciennement collection d’un pharmacien lyonnais (années 1970)
Mes remerciements à Jadis, magasin d’Antiquités à Lausanne pour leur précieux concours.