Plaquette en bronze doré, Saint Antoine de Padoue, Espagne, d’après un modèle flamand, fin du XVI° ou début du XVII° siècle

Mis en ligne par le 1 mars 2015

Plaquette en bronze doré représentant St Antoine de Padoue, né Fernando Martins de Bulhoës en 1195 à Lisbonne au Portugal et mort en 1232 à Padoue en Italie.
Issue d’une famille noble, il fait des études chez les ermites de Saint-Augustin. En 1220, il décide d’entrer chez les Franciscains et devient Frère Antoine.

Il rencontre Saint François d’Assise en Italie, devient un prédicateur de renom et partira prêcher, en Italie et en France. On lui reconnaît de nombreuses guérisons qui motiveront sa canonisation en 1232.

Le culte de Saint Antoine se répand aux XV° et XVI° siècle, devenant le Saint protecteur du Portugal, des marins et des explorateurs.

Il existe de nombreux récits surnaturels liés à St Antoine de Padoue:
– Il aurait eu la faculté de se faire comprendre et entendre des poissons.
– Il aurait, une nuit, tenu l’Enfant Jésus dans ses bras

Parmi ses attributs, on reconnaîtra sur cette plaquette:
– la bure franciscaine,
– l’enfant, qu’il porte sur un exemplaire des Evangiles

La présence d’un fouet par terre à gauche de Saint Antoine est un élément troublant. Le fouet est en effet l’attribut de Saint Ambroise (qui est par ailleurs souvent représenté avec un bébé).
St Ambroise, évêque de Milan de 374 à 397 ne portait pas la bure Franciscaine et il semble plus judicieux de considerer cette plaquette comme représentation de Saint Antoine.
Il semblerait que Saint Antoine de Padoue ait séjourné près d’une année au couvent des pénitents blancs de Montpellier. Le fouet pourrait être une allusion à cet épisode sa vie.

Cette plaquette fait partie d’une série de plaquettes rectangulaires représentant la Vierge, le Christ et les Saints largement diffusée en Espagne au XVII° siècle. On connaît de multiples exemplaires de qualité variable parfois dorées. Il semblerait que les premiers exemplaires aient été d’origine flamande; ils auraient ensuite été reproduits en Espagne.
Globalement plus une de ces plaquettes est de grande qualité, plus il y a des chances qu’il s’agisse d’un exemplaire précoce de la fin du XVI° siècle ou du début du XVII° siècle.

Ici, la grande qualité d’exécution et la dorure autorisent une datation du début du XVII° siècle.
Dimensions:
Hauteur sans bélière: 103 mm
Largeur: 72 mm
Epaisseur en bordure: 5 mm

Remarques:

Provenance: Espagne, avec mes remerciements à Mike Riddick.

Références:
Ingrid Weber, Deutsche, Niederländische und Französische Renaissance-plaketten, Munich, 1975, p. 411, n° 1041,12 et planche 297.