Plaquette en bronze, La Vierge à l’Enfant parmi les anges par Hans Schwarz, Augsbourg vers 1520

Mis en ligne par le 23 septembre 2016

vierge-a-l-enfant-allemagne-xvir

vierge-a-l-enfant-allemagne-xviv

 

Plaquette rectangulaire en bronze représentant la Vierge à l’Enfant entourée d’angelots.

Cette plaquette est un grand classique de la production d’Augsbourg au début du XVI° siècle et a été copié à de nombreuses reprises jusque récemment. La plupart des exemplaires que l’on connaît de cette plaquette sont de facture grossière, perdant des détails au gré des réplications.
Ingrid Weber décrit les exemplaires de référence aux mesures de 134 mm par 103 mm.
Cette plaquette est attribuée à Hans Schwarz (1492-1550) sculpteur et médailleur originaire d’Augsbourg qui connut un immense succès dès l’âge de 25 ans. A cette époque les plus grands notables lui passaient commande de médailles. Sa carrière et sa notoriété atteignirent probablement leur apogée à Nuremberg de 1519 à 1520. Puis Hans Schwartz fut banni de Nuremberg et sa carrière devient quelque peu chaotique. Il voyage alors à travers l’Europe et on perd sa trace à Paris en 1532. Il décéda probablement vers 1550.
On peut rapprocher l’oeuvre de Schwarz du travail de Hans Holbein le Jeune (1497-1543) au contact duquel il a grandi. Cette proximité est particulièrement évidente lorsque l’on compare les portraits peints par Holbein des médaillons sculptés par Hans Schwarz.

La plaquette présentée ici mesure 138 mm par 103 mm. Elle est en tout point comparable à l’exemplaire conservé au Musée National de la Renaissance à Ecouen (notamment par son métal qui prend une patine grise peu commune et que Weber définit probablement comme étant du « Métal de Cloche »). Elle présente une finesse remarquable dans le traitement de ses détails que l’on retrouve rarement sur les retirages (observation du traitement de la chevelure et des vêtements de la Vierge).
Il semble s’agir d’un des premiers tirages de cette plaquette.

Hans Schwartz, Vierge à l'Enfant, Musée de la renaissance, Ecouen

Hans Schwartz, Vierge à l’Enfant, Musée National de la Renaissance, Ecouen

L’observation du verso est riche d’enseignements: on remarquera l’aspect nummulaire du métal (particulièrement marqué sur la partie inférieure) qui correspond à l’aplatissement de boulettes de cire sur la matrice (qui était probablement faite de bois sculpté en creux). Ces boulettes de cire étaient appliquées par pression des doigts et il est particulièrement émouvant de distinguer ici, les empreintes digitales de l’artiste qui réalisa ce travail préalable à la fonte.
On retrouve la même technique sur la Plaquette ovale en bronze par Valerio Belli, la clémence de Scipion l’Africain, Vicenza, Italie, début du XVI° siècle

Un éclairage du verso en lumière rasante met clairement en évidence ses différents reliefs. On y distingue l’aspect nummulaire décrit précédemment ainsi qu’un relief plus accentué, non-dicté par le recto (indiqué par le flèche) qui pourrait être un monogramme jusqu’à présent non décrit.

vierge-a-l-enfant-allemagne-xvid

Des exemplaires de cette plaquette sont recensés et classés par Weber selon les métaux qui les composent:
– des exemplaires en Métal de Cloche sont recensés à Brême, Munich et Paris (Louvre et Musée de Cluny) et il faudrait probablement rapprocher l’exemplaire présentement décrit de cette série.
– un exemplaire en plomb (silhouetté) à l’Ecole des Beaux Arts de Paris (Legs Wasset)
– des exemplaires en bronze à Bâle, Berlin, Cambridge, Florence (ex Collection Carrand), Londres (Coll. Hall), Washington (Coll. Kress), et Paris (Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale).

Remarques:

Références:
Ingrid Weber, Deutsche, Niederländische und Französische Renaissance-plaketten, Munich, 1975, p. 114, n° 125 et planche 42

Provenance: Etude Bérard, Péron, Schintgen, le 23 septembre 2016, n°172