Mortier d’apothicaire en bronze à décor de feuilles naturelles, de têtes de lions, de mascarons et de fleurs, France, probablement Vallée de la Loire, milieu du XVII° siècle

Mis en ligne par le 7 septembre 2015

Mortier en bronze à panse nervurée surmontée d’un col lui-même nervuré à sa jonction avec la panse et à son bord libre.

Dépourvue de contreforts, la panse est décorée d’une alternance de motifs sculptés et de motifs naturels.

Parmi les motifs sculptés: on distingue une tête de lion inédite et un motif de mascaron inédit lui-aussi. Chacun de ces motifs est répété deux fois.
En ce qui concerne les motifs naturels, ils s’agit de feuilles: 2 feuilles de sauge, une feuille de persil et une feuille de fraisier. Ces motifs ont été obtenus par application de feuilles naturelles sur le modèle de cire avant la coulée du bronze.

La combustion de la cire et des feuilles organiques laissant place au métal, on retrouve la trace des feuilles appliquées ainsi.

Ces trois plantes sont connues depuis longtemps pour leurs vertus médicinales:
– Le persil (Petroselinum sativum) est connu pour ses propriétés diurétiques et apéritives.
– La sauge ( Salvia officinalis) est réputée pour ses vertus toniques, dépuratives, digestives et antiseptiques.
– Le fraisier (Fragaria vesca) est utilisé en feuilles et racines pour ses propriétés astringentes, anti-diarrhéiques et diurétiques.

Une telle ornementation est très en faveur d’un mortier destiné à être utilisé par un apothicaire.
Toutefois il faut prendre en considération un mortier conservé au Château de Terre Neuve à Fontenay-le-Conte qui est décoré de feuilles naturelles et de têtes de lion légèrement différentes. Ce mortier porte l’inscription M. PICHON C. TROVSSARD SA FEMME 1642 + ce qui permet de le dater et de le localiser entre Saumur et Angers où résidaient ses commanditaires. Ce mortier est considéré comme un « mortier de mariage ».
Une autre pièce conservée dans la collection Gillet et de forme comparable à la pièce présentée ici comporte un décor de feuilles naturelles et le moulage de motifs de Moderno.

La provenance nantaise de cette pièce va dans le sens d’un rapprochement de ce mortier avec le Mortier Pichon-Troussard du Château de Terre Neuve, donc est très en faveur d’une production du Val de Loire au milieu du XVII° siècle.

Toutefois on ne peut manquer rapprocher également ce mortier du Mortier d’apothicaire en bronze à panse fortement nervurée décorée de feuilles, Lyonnais ou Val de Saône, XVI° siècle

Technique de fondeur de cloches.
Diamètre à la gueule :  mm
Diamètre à la base:  mm
Hauteur:  mm

Remarques:

Provenance: collection particulière, Ebay, Theix, Bretagne; précédemment, marché de l’art à Nantes.