Mortier Lyonnais en bronze à contreforts et double registre de pastillages variés, France XVII° siècle

Mis en ligne par le 4 décembre 2011

Grand mortier d’apothicaire en bronze à corps tronconique scandé de six contreforts tricuspides godronnés droits (B891).
Ce mortier présente une ornementation remarquable par la diversité des figures qui y sont représentées. Chaque face de la panse est ornée de deux pastillages superposés et aucun motif de la panse n’est répété (mis à part les contreforts). On parlera d’un mortier à double registre.

Dans le sens horaire et de bas en haut, avec un peu d’imagination, on peut identifier les pastillages suivants:
–  Saint Antoine Abbé dérouré (B90 bis) et Sainte Marie-Madeleine tenant un flacon de parfum (B176)
– Pastillage rectangulaire figurant St Michel terrassant le dragon (B139 bis) surmonté d’un pastillage carré figurant l’Annonciation (B3).
– Pastillage rond représentant St Pierre tenant la clé du Paradis (B107) surmonté d’un pastillage oblong figurant une vierge à l’Enfant (B11)
– Pastillage en coeur figurant un ange jouant de la trompette (B202) surmonté d’un pastillage oblong présentant St François d’Assise qui reçoit les stigmates (B100).
– Petit pastillage rond présentant Sainte Catherine (B170) surmonté d’une tête chevelue de profil (inédit non identifié)
– Petit pastillage à la vierge à l’Enfant (B15) surmonté d’un pastillage rond figurant l’Entrée du Christ à Jérusalem (B 54).

Le marli en encorbellement est finement décoré d’une frise de fleurs de lys (B769) alternant avec des noeuds (B704), la base du marli est marqué d’une fine cordelette tressée ponctuée de noeuds (B704).

Technique de fonte au sable
Diamètre à la gueule: 161 mm
Diamètre à la base: 100 mm
Hauteur: 113 mm
Résonance: 517 Hz (Do)

On remarquera que sur ce mortier, le rapport entre le diamètre à la base et le diamètre à la gueule est de 1,61 soit équivalent au « nombre d’or »: 1,618.

France, travail Lyonnais du Maître du Seau Ramousse, premier quart du XVII° siècle.

Remarque:

Provenance: Région d’ Avignon.
Ce mortier peut être comparé avec certains exemplaires connus de la collection Vidal dispersée à Lyon en 2002, notamment des mortiers n° 45 et 70 qui ont une communauté de pastillages.

Référence A460 bis