Minuscule mortier en bronze dit « mortier à poison » à contreforts et à la panse décorée, Lyonnais?, début du XVII° siècle

Mis en ligne par le 14 août 2015

Minuscule mortier en bronze dit « mortier à poison » dont la panse et le col portent une ornementation tout à fait inédite du fait du faible espace disponible.

La panse tronconique est scandée de quatre contreforts en balustres (de typologie proche du B943) qui séparent quatre faces chacune ornée d’un motif différent:

  • Un coeur
  • Une fleur de lys (qui rappelle celles de typologie lyonnaise)
  • Une fleurette naturelle (fréquemment retrouvée dans les productions lyonnaises et vellaves)
  • Un dauphin (lui-aussi communément employé par les fondeurs lyonnais)

Le col est décoré de minuscules coquilles Saint-Jacques.

Technique de la fonte au sable
Diamètre à la gueule: 48 mm
Diamètre à la base: 30 mm
Hauteur: 34 mm

Les motifs employés sont communément employés dans les bassins lyonnais et vellaves au début du XVII° siècle. Par ailleurs la forme de ce mortier n’étant pas celle d’un mortier du Puy, il semble pertinent d’attribuer ce mortier à un fondeur lyonnais au début du XVII° siècle.

Remarque:

Provenance: Hôtel des ventes du Puy-en-Velay, le 10 août 2015

Ce type de mortier est d’une extrême rareté: on n’en connaît que quelques unités qui sont généralement d’une hauteur de 4 à 5 cm pour un diamètre au col de l’ordre de 60 mm.
La troisième vacation de la vente de la Collection Michel Rullier le 9 février 2011 a été l’occasion de présenter plusieurs modèles français: lots 382 (h: 52 mm, d: 76 mm), 383 (h: 40 mm, d: 60 mm), 384 (h: 41 mm, d: 58 mm), 385 (h: 42 mm, d: 62 mm), 386 (h: 46 mm, d: 65 mm)

Ce mortier fait partie, avec un mortier de la Collection Gillet, des 2 exemplaires les plus réduits qui ont été inventoriés jusqu’à présent.