(Français) Mortier en bronze à cinq contreforts tricuspides décoré de têtes du Christ et de grands motifs issus de plaquettes, France, début du XVII° siècle

Mis en ligne par le December 3, 2013

Mortier en bronze à forte teneur en étain (métal de cloche) à panse tronconique ramassée ouverte sur un col largement évasé et assise sur une petite base saillante.

La panse de ce mortier est scandée de cinq rares contreforts tricuspides qui séparent autant de faces.
Le décor des faces est à caractère religieux.

On y retrouve, représenté deux fois, le buste du Christ de profil (B52) d’après une médaille germanique d’Antonio Abondio (lorsqu’il travaillait à la Cour des Habsbourg) et que l’on connaît par ailleurs sur un mortier du Maître d’Epernon: Mortier en bronze sans contreforts, scandé de bustes du Duc d’Epernon et de bustes du Christ, France, XVII° siècle

Deux autres motifs inédits sur les mortiers répertoriés jusqu’à présent sont eux-aussi probablement d’origine germanique:
– On reconnaîtra une figure de Saint Luc (accompagné d’un Boeuf ailé) d’après une plaquette en bronze utilisée par ailleurs en décor d’une Croix-Processionnelle conservée en l’Eglise d’Auvillars en Basse Normandie.

Croix processionnelle, Eglise d’Auvillars en Basse-Normandie

– Le troisième motif est une représentation de l’Annonciation, d’après une plaquette, elle aussi d’origine germanique.

Technique de la fonte au sable,
Diamètre à la gueule: 129 mm
Diamètre à la base: 81 mm
Hauteur: 80  mm

Mortier du Nord de la Loire, Probablement Normandie, XVII° siècle

Remarques:

Provenance: Vente aux Enchères, Auxerre, Novembre 2013
Ce mortier provient d’une ancienne collection (marquages rouges sur une face et numéro d’inventaire sous la base)

Nous devons à Bertrand Bergbauer le rapprochement du motif représentant St Luc avec la plaquette présentée ici en parallèle. Cette plaquette est en outre répertoriée par Ingrid Weber (Deutsche, Niederländische und Französische Renaissance-plaketten, Munich, 1975)
Et surtout, nous devons le rapprochement de cette plaquette avec la Croix processionnelle d’Auvillars à Mademoiselle Pauline Lurçon.

Ce dernier rapprochement est particulièrement précieux car il permet d’attribuer de ce mortier atypique à la Normandie:
On y retrouve le répertoire des plaquettes germaniques qui figure typiquement sur les mortiers Buret de Rouen. Cette omniprésence du répertoire germanique est ici magnifiquement représentée sur une croix processionnelle, elle aussi normande.